Skip to content

Proposition du camarade Hocine en vue du lancement d’une revue théorique socialiste.

by sur 18 mai 2013

Chers camarades, Voici le texte de l’appel au lancement d’une revue socialiste rédigé par notre camarade Hocine.. En attendant vos éventuelles critiques et remarques, bonne lecture.

Myriam.

 

Pour une revue théorique socialiste

La société algérienne connaît une crise générale (économique, sociale, politique et idéologique) sans précédent depuis l’indépendance. Aucun courant politique dominant, qu’il se réclame du nationalisme, de l’islamisme ou de la démocratie libérale, n’a été en mesure jusqu’ici de la résoudre. La raison en est simple. Ils n’ont pas compris la nature de cette crise qui frappe notre pays. Une telle incapacité ne provient pas d’une faiblesse intellectuelle mais d’une limite politico-idéologique. Ces différents courants ne peuvent comprendre et encore moins admettre que la crise que traverse notre société constitue la forme algérienne de la crise du système capitaliste mondial.

Admettre que nous sommes face à une crise du capitalisme qui menace de plonger l’humanité dans la barbarie impliquerait de remettre en cause le capitalisme et de lutter pour son dépassement, donc pour le socialisme. Or, tous ces courants défendent la propriété privée des moyens de production, l’exploitation de la force de travail, la marchandisation du monde et la domination du capital. La crise du capitalisme et son unique remède, le socialisme, ne peuvent être pensés par ces courants politiques bourgeois et petit-bourgeois.

Car malgré leurs divergences et les luttes parfois violentes qu’ils se sont livrés les uns aux autres – notamment à l’occasion de la guerre civile des années 1990 – ces trois courants forment une sainte-alliance idéologique antisocialiste. Nationalistes, islamistes et démocrates néolibéraux marchent séparément, mais frappent ensemble le socialisme qui menace les intérêts des catégories sociales exploiteuses et dominantes qu’ils représentent. Ils déversent donc à son encontre les pires calomnies. Les nationalistes l’accusent d’être une idéologie étrangère à la réalité nationale, les islamistes de s’opposer à la religion et aux musulmans et les démocrates néolibéraux d’attenter à la liberté. Depuis vingt ans maintenant, ces trois courants politiques ont tout fait pour enterrer définitivement le socialisme. Ils ont presque réussi.

L’idéologie socialiste n’a pas totalement disparu dans notre pays, mais elle a subi un recul historique comme jamais auparavant depuis les années 1920. Elle a perdu l’hégémonie sur les masses populaires, les intellectuels et le mouvement anti-impérialiste national. Un tel recul n’est pas spécifique à l’Algérie. Mais il a pris chez nous une dimension encore plus importante du fait du recul considérable des forces politiques qui se réclament du socialisme.

Pour une minorité des anciens, le socialisme est, au plus, un vieux souvenir dont ils gardent une certaine nostalgie. Pour d’autres, il s’agit d’un mot imprononçable, au même titre que les mots impérialisme, classes sociales, bourgeoisie, prolétariat, exploitation, lutte des classes, révolution… Pour les derniers, le socialisme est l’ennemi à abattre.

Pour les jeunes, le mot socialisme ne signifie généralement rien, n’évoque aucune perspective d’émancipation, ne provoque aucun engouement, aucun espoir, aucune mobilisation… Il ne les fait pas rêver.

Cette offensive idéologique des forces capitalistes a été favorisée par l’incapacité de la gauche à défendre l’idéologie socialiste. Une partie de cette gauche a même abdiqué face à l’offensive néolibérale et a abjuré l’idéologie socialiste.

Aujourd’hui, alors que les luttes sociales et politiques se développent à l’échelle mondiale et nationale, confirmant plus que jamais la réalité de la lutte des classes, il devient urgent de retravailler à la fusion de la lutte spontanée du prolétariat et de son idéologie socialiste. Car sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire. L’histoire des trente dernières années a démontré que les luttes populaires, en l’absence d’une vision révolutionnaire de progrès, pouvaient déboucher sur tout sauf sur la fin de l’exploitation et de la domination. La révolte est positive, elle est même nécessaire et indispensable. Mais elle doit être accompagnée d’une théorie réellement émancipatrice. Cette théorie, la seule qui puisse jouer ce rôle dans la société actuelle, est celle du socialisme.

Le même constat peut être fait à propos des luttes syndicales qui ont perdu leur boussole et qui risquent de se perdre dans les bas-fonds du corporatisme et de prôner l’adaptation aux politiques néolibérales.

Il incombe donc aux militants socialistes de repartir à la conquête de l’esprit des travailleurs, des chômeurs, des intellectuels, des femmes, des jeunes, des paysans sans terre… Il convient de travailler à une nouvelle fusion du mouvement du prolétariat et du socialisme. L’idée d’une revue (et de brochures autour) en défense du socialisme s’avère indispensable. Nous devons participer à faire découvrir ou redécouvrir cet immense patrimoine et, surtout, tenter de l’utiliser de manière vivante afin d’analyser le présent et de définir la perspective concrète de libération de notre peuple. Le rassemblement des militants de gauche doit prendre l’initiative de lancer une revue afin de prendre en charge la lutte sur le terrain théorique. Il doit le faire de la manière la plus ouverte en associant toutes les énergies qui entendent participer à cette noble tâche, même si elles ne font pas partie du rassemblement. Et il doit l’ouvrir à tous ceux qui entendent y contribuer.

Hocine.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :