Skip to content

Déclaration du PADS en date du 18 juin 2013

by sur 20 juin 2013
Mardi 18 juin 2013

« Il est inadmissible que le chef d’Etat algérien tienne une « réunion de travail » avec de hauts responsables du pays dans l’ hôpital militaire d’un Etat impérialiste. »

C’est le titre de la déclaration du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme (PADS) dont le texte et ci-dessous:     

 « L’opinion nationale est encore sous le choc après avoir appris à travers les canaux officiels d’information que le chef de l’Etat a organisé dans la chambre d’un hôpital militaire français, où il se trouve pour réadaptation fonctionnelle après un AVC,  une réunion de travail avec le chef du gouvernement et le chef d’état-major de l’Armée Nationale Populaire. Au cours de leur visite les deux responsables lui ont présenté un exposé portant sur la situation générale du pays y compris, selon certains journaux, sur le plan sécuritaire. 

Quels que soient les vrais motifs et les calculs politiciens de ceux qui ont décidé cette visite, aucune raison ne peut justifier et aucun travailleur, aucun patriote anti-impérialiste, ne peut admettre le fait que c’est dans un hôpital de l’armée d’un Etat impérialiste, qu’un chef d’Etat algérien discute des problèmes du pays et donne, toujours à en croire le communiqué de la Présidence, des instructions au gouvernement. 

Personne, à part les deux visiteurs algériens et les autorités françaises, ne détient d’information sûre sur l’état de santé du chef de l’Etat et sa capacité à donner ou non des instructions aux responsables du pays. Mais là n’est pas la question. A travers le communiqué de la Présidence on tente de banaliser un grave événement. On veut faire croire que les rapports algéro-français sont désormais fondés sur l’amitié et la confiance. Cela est contraire à la réalité tant que l’Etat français est et demeure un Etat impérialiste, l’Etat de la grande bourgeoisie monopoliste, quel que soit le groupe de politiciens qui se trouve aux commandes, droite ou parti socialiste. Les intérêts de la bourgeoisie monopoliste française sont dans une contradiction antagonique avec ceux des masses laborieuses algériennes. Seuls les bourgeois algériens trouvent leur compte dans cette prétendue amitié.

Les deux courants politiques qui dirigent en alternance la France mènent la guerre aux peuples, en Afrique et au Moyen Orient pour assouvir les appétits de la grande bourgeoisie française. Ils échafaudent des plans pour s’emparer des richesses de l’Algérie par n’importe quel moyen, par les pressions et la « manière douce » ou par les ingérences ouvertes, n’hésitant pas à envisager pour le peuple algérien le pire des scénarios, comme celui que le peuple syrien est en train d’endurer du fait du soutien du gouvernement français, des impérialistes américains, anglais et autres, aux courants les plus rétrogrades de ce pays.

Cette réunion dans un hôpital militaire français tend à désarmer la vigilance des masses populaires au moment où, en raison de sa crise économique structurelle, l’impérialisme devient partout plus agressif maniant la fourberie et la violence la plus extrême pour arriver à ses fins.

Les communistes algériens ne confondent pas les exploiteurs impérialistes français avec la classe ouvrière française, le peuple français. Ils militent depuis toujours pour une amitié réelle entre les deux peuples. Cette amitié s’est forgée en profondeur entre les deux peuples avant et durant la guerre de libération nationale dans la  lutte contre le colonialisme. Elle a continué à s’approfondir après l’indépendance quand des milliers de Français désintéressés sont venus aider l’Algérie à se construire. Elle se développe tous les jours autour d’événements les plus divers, ainsi que dans la lutte contre les ingérences étrangères, contre le despotisme et l’exploitation, contre le pillage des ressources des nations économiquement dominées. Les communistes et progressistes français qui dans le passé ont soutenu le combat des Algériens pour l’indépendance ne manquent pas de poursuivre de nos jours leur lutte contre les ingérences des puissances impérialistes dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique. Cette amitié est de nature à contrecarrer jusqu’à un certain point les intrigues des milieux impérialistes les plus agressifs, mais ne peut les empêcher d’ourdir les plans les plus sombres contre les travailleurs et le peuple algériens, en s’appuyant sur la complicité interne de classes et couches sociales algériennes exploiteuses et parasitaires.

Cette amitié donnera certainement tous ses fruits quand les travailleurs algériens et français se seront débarrassés de leurs exploiteurs, du système impérialiste et se mettront à édifier une société nouvelle, une société socialiste, s’entraidant mutuellement dans la réalisation de leurs espérances.

Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme

17 juin 2013

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :