Skip to content

Réhabilitation du cadre de vie dans la capitale : Au-delà du visible

by sur 1 juillet 2013

Par Hocine Belalloufi
Algérie-Confluences du 27 juin 2013

L’APC d’Alger-centre a pris dernièrement une série de mesures visant à améliorer le cadre de vie de cette commune centrale de la capitale. Les devantures de magasins sont en voie de réfection, les patrons de cafés situés sur les grandes artères ont été sommés d’ouvrir jusqu’à minuit, les terrasses ont été rénovées pour être plus accueillantes, une connexion wifi permet aux clients de surfer sur le net, les cinémas ont été retapés et des séances programmées jusqu’à une heure tardive, l’APC de la ville prend en charge l’animation de la ville par l’organisation de parades et autres activités culturelles… Une autre mesure phare réside dans l’ouverture du service d’état-civil jusqu’à 23 heures afin de permettre aux citoyens d’effectuer leurs démarches administratives en soirée.
La fréquentation de ces espaces par un nombre important de clients et de clientes, en journée comme en soirée, confirme le fait que les Algérois ne sont pas plus casaniers que les Annabis, Skikdis, Oranais ou que les habitants des autres cités de la Méditerranée, au nord comme au sud. Le succès apparent de l’opération auprès du public démontre que la population a soif de loisirs, qu’elle est à la recherche de lieux de détente et que l’enfermement à la maison, le soir, ne relève pas d’un choix délibéré des citoyens, mais de l’absence, voulue par les pouvoirs publics, d’une offre de loisirs extérieurs.
La tristesse de la capitale, particulièrement dans son centre, a provoqué frustrations et tensions au sein de la population, de la jeunesse en particulier. Une partie de celle-ci ne rêve que d’exils lointains alors qu’une autre a sombré dans une violence nihiliste.
Les mesures initiées par l’APC d’Alger-centre ont été accueillies favorablement bien au-delà de la famille politique du maire. Suffiront-elles cependant à inverser la tendance ? A résorber tout le passif en la matière ? A permettre à toutes les catégories sociales, les moins fortunées en particulier, d’accéder à ces lieux de détente et de loisirs ?
Afin de répondre à ces questions, il convient de dépasser le stade de l’impressionnisme et d’interroger en profondeur, au-delà du visible, la dynamique enclenchée par les dirigeants de l’APC d’Alger-centre. Quel projet politique cette dynamique révèle-t-elle, étant entendu que l’on ne peut la réduire à une série de décisions purement administratives ? Quelle vision du monde et quel projet de société exprime-t-elle ?

Une stratégie de conquête du pouvoir
Les mesures prises par l’APC d’Alger-centre s’intègrent à une stratégie de conquête du pouvoir politique par un parti moderniste néolibéral décomplexé : le Mouvement populaire algérien (MPA) d’Amara Benyounès. Il ne s’agit pas ici de le lui reprocher ni, à l’inverse, de le soutenir, mais de tenter de saisir la dynamique politique objective, consciente ou non, dans laquelle ces mesures s’inscrivent.
On se souvient que l’élection contestée du maire, Abdelhakim Bettache, par le conseil de l’APC, en novembre 2012, résulta d’une lutte farouche entre partis. Cette victoire constitue un jalon important dans une logique de conquête du pouvoir politique au niveau national. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire récente que la conquête puis la gestion d’une grande ville s’inscrit dans une telle démarche. On ne compte plus les maires ou responsables politiques de capitales ou de cités importantes qui ont postulé au pouvoir suprême après avoir fait leurs armes à un niveau local. Boris Eltsine, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, Recep Tayyip Erdogan et autre Mahmoud Ahmadinejad ont commencé par occuper des fonctions de gestion de grandes villes. Cela les a préparés à occuper une plus haute fonction dans l’appareil d’Etat. Cela leur a surtout donné une visibilité et une popularité plus grande au sein de la population. Ils ont pu par ailleurs se forger une clientèle ainsi qu’un vaste et dense réseau d’appuis indispensable à qui entend occuper les plus hautes charges du pouvoir.
La conquête d’Alger-centre constitue dans cette perspective un point d’appui précieux pour mettre en œuvre une stratégie de conquête au profit du président d’APC ou, plus probablement, du président du MPA lui-même. Il est vrai que cette stratégie risque de s’enrayer dans la mesure où elle est menée dans les conditions particulières de l’Algérie, un pays où les élections ne sont pas aussi libres que celles qui se déroulent sous la dictature théocratique iranienne. Mais l’exemple de Boris Eltsine montre que l’on peut conquérir le pouvoir sans passer par les élections. La stratégie vise simplement à construire un rapport de forces favorable. Ce dernier atteint, le dernier coup de boutoir peut être assené à l’occasion d’un scrutin, mais aussi d’un putsch !
On observe en tout état de cause une volonté consciente du maire d’Alger-centre d’étendre aux communes avoisinantes et à la wilaya tout entière les mesures qu’il a initiées dans sa commune. Il s’agit dune stratégie de propagation à partir d’une base conquise servant d’exemple. Penser globalement (élaboration d’une stratégie de prise du pouvoir), agir localement (s’emparer d’une mairie pouvant jouer le rôle d’exemple) puis travailler à la diffusion, à la duplication, à la dissémination et à la reprise de cet exemple par le parti ou par d’autres forces politiques.
Cette démarche converge avec l’instruction adressée par le ministère du Tourisme aux entreprises du secteur afin qu’elles assurent l’animation nocturne au cours de l’été. D’autres APC tenues par le MPA ou par d’autres partis de la même famille politique peuvent aller dans le même sens. Le ministère de l’Aménagement du territoire constitue bien évidemment un point d’appui pour propager une telle démarche au niveau national.
D’autres relais accompagnent sa mise en œuvre : les journaux du même bord ou différents mais qui la partagent et qui assurent la promotion de l’opération, les radios et télévisions publiques et privées… Enfin, le bouche à oreille n’est pas le moins efficace des relais.

A la conquête de l’hégémonie idéologique
Au-delà de la volonté légitime du MPA, comme de tout parti, de s’emparer du pouvoir central, cette action d’apparence modeste, car limitée et encore locale, révèle une dynamique de conquête de l’hégémonie idéologique. Une force sociale peut-elle en effet prendre le pouvoir sans avoir préalablement ou, à tout le moins, parallèlement conquis l’hégémonie idéologique ?
Cette dynamique de conquête possède deux aspects étroitement imbriqués qu’il convient néanmoins de distinguer. Le premier est celui de la vision, de la conception du monde. Dans notre pays, la vision conservatrice dominante prône l’ascétisme, la retenue, une vie de privation, de séparation des sexes, un report de la jouissance dans l’après-vie… Il s’agit bien évidemment d’une vision hypocrite dans la mesure où ceux qui la prônent mènent généralement une double-vie et jouissent à fond des biens matériels et spirituels ici-bas, sans attendre une récompense dans l’au-delà, récompense qu’ils jugent certainement hypothétique au vu de leur duplicité (exploitation éhontée, corruption, violence à l’égard de leurs femmes et de leurs enfants…). Leurs actions qui se trouvent en totale contradiction avec leurs prêches s’inscrivent de ce fait dans le crédo néolibéral.
Face à cette vision conservatrice, la vision moderniste, mais pas moins néolibérale que celle des islamistes, prône une jouissance immédiate et décomplexée, assumée et revendiquée : consommation sans limites, licéité de l’enrichissement individuel, promotion de la mixité, affirmation du droit à la jouissance sur terre par le biais de la consommation de l’art et de la culture, de l’accès à des lieux de détente et de loisirs (cafés, restaurants, cinémas…)… Cette vision moderniste vise à mettre à niveau le mode de vie, le rapport à la vie des Algériens, par rapport à ceux des autres pays méditerranéens, des rives nord et sud.
Ce qui est présenté par ses promoteurs comme une réhabilitation du cadre de vie de la capitale possède ainsi une dimension idéologique.

L’espace urbain enjeu de lutte
La conquête de l’hégémonie idéologique passe par l’appropriation de l’espace urbain où se concrétisent et se diffusent les différents modes de vie en compétition, expressions des différentes visions du monde. L’espace urbain représente un enjeu de lutte, un espace de confrontation entre différentes forces sociales (courants politiques représentant des intérêts de classes). C’est à partir de la ville que les classes montantes (bourgeoisie, petite bourgeoisie, prolétariat) peuvent espérer conquérir le reste du pays. Le capitalisme se caractérise par une domination de la ville sur la campagne. La conquête des villes en général et de la capitale en particulier présente de ce fait un caractère stratégique.
L’islamisme algérien conquit la société à partir des mosquées. Mosquées de quartier puis d’université pour gagner les lieux de travail et les espaces publics : aéroports, gares et relais routiers, hôtels, places terrains de football puis la rue elle-même… Un vaste réseau d’associations religieuses et caritatives étendra la toile de la domination politico-idéologique de ce courant. Le courant conservateur (islamiste et du FLN) renforcera son hégémonie sur la société par une mainmise pratiquement totale sur l’école, le commerce… Tenant les quartiers, ils imposeront, sous couvert d’une lecture des plus rudimentaires de la religion, leur domination sur le corps des femmes (port du voile) et des hommes (interdiction du port du bermuda et autres shorts…). De même tendront-ils à imposer la généralisation de certaines coutumes autrefois en voie de disparition comme celle de l’achat-vente et de l’élevage de moutons dans les immeubles et autres boutiques à l’approche de l’aïd el Kébir.
D’autres espaces (médias, entreprises…) feront également l’objet d’une lutte que les islamistes ne parviendront pas à emporter totalement. Enfin ils utiliseront leurs partis pour tenter de conquérir les institutions de l’Etat : APC, APW, APN, syndicats…

S’approprier l’espace urbain
Face au courant conservateur et dans le but de porter leurs valeurs et leur vision du monde, les modernistes néolibéraux partent à la conquête de l’hégémonie à partir des écoles privées, des médias lourds et légers publics et privés où leur force est inversement proportionnelle à leur influence dans la société.
Ils tentent ainsi, à partir de l’APC d’Alger-centre par exemple, de conquérir l’hégémonie en remodelant l’espace urbain autour des aspirations des classes moyennes aisées, mais également de certaines couches populaires, à disposer de lieux de détente, de loisir et d’un cadre de vie aménagé de façon agréable au lieu d’être abandonné à l’informel. Ils ciblent donc les cafés, restaurants, cinémas… auxquels une clientèle solvable peut accéder.
La force du MPA, relative mais réelle, par rapport aux autres partis de la mouvance démocratique réside dans le fait qu’il assume sans complexe son idéologie moderniste néolibérale et qu’il travaille à remodeler l’espace urbain de manière offensive pour la faire triompher. Formation politique modeste en dépit des résultats enregistrés lors des deux derniers scrutins (législatives et locales) qui ne sont pas crédibles, donc réellement représentatifs de son ancrage social, le MPA dispose de quelques atouts non négligeables : ministre de l’Aménagement du territoire et de l’environnement, ministres alliés, groupe parlementaire (Union démocratique) constitué avec deux autres partis, une dizaine d’APC que ce parti a obtenu aux élections locales, journaux propres et amis, relais dans les médias lourds…
Le talon d’Achille des modernistes néolibéraux
Une lutte ouverte est ainsi déclarée entre les courants néolibéraux, modernistes d’une part et conservateurs de l’autre. Elle devrait, si elle se poursuit, se traduire par des reclassements politico-idéologiques, une partie de la société penchant vers l’un ou l’autre de ces courants. Le MPA a donc incontestablement marqué des points. Il a cependant un talon d’Achille qui réside dans sa matrice politico-idéologique néolibérale. Celle-ci l’empêche ou freine sa capacité à polariser les couches populaires les plus pauvres en tant que clientèle de son projet de société. Car les belles et agréables terrasses des cafés du centre-ville ne sont pas accessibles au plus grand nombre. Et celui-ci se trouve confronté à d’autres problèmes qui ont pour noms : baisse du pouvoir d’achat, chômage, crise du logement, échec scolaire… Ces problèmes constituent autant d’obstacles à l’intégration de ces couches dans le modèle social prôné par le MPA. Il lui sera particulièrement difficile, dans ces conditions, de bâtir un bloc social hégémonique alternatif, durable et suffisamment solide pour contrer l’hégémonie des forces conservatrices. Conquérir certaines couches de la petite bourgeoisie (les couches dites moyennes) ne suffit pas pour gagner l’hégémonie dans la société. Il convient d’étendre cette hégémonie à d’importants segments des couches populaires. Cette inaptitude constitue en vérité le talon d’Achille de tout le courant moderniste néolibéral qui prône et soutient des politiques économiques profondément inégalitaires et injustes.
Dans de telles conditions, ce parti et ceux de sa famille idéologique (RCD, ANR, FNJS et UFDS…) arriveront-ils à résoudre ce problème ? Une force de gauche – laquelle ? – sera-t-elle en mesure de palier à cette carence des partis modernistes néolibéraux en élaborant son propre projet de société répondant aux aspirations du plus grand nombre en matière de loisirs, mais aussi en matière sociale afin de se donner les moyens de partir à la conquête d’institutions et d’espaces permettant de construire un bloc social hégémonique qui serait – théoriquement à tout le moins – plus à même de contester l’hégémonie idéologique conservatrice sur la société ?
Telles sont quelques unes des questions, particulièrement stimulantes pour la réflexion politique des Algériens, qui se posent aujourd’hui aux différents courants politiques et aux catégories sociales dont ils sont l’expression plus ou moins fidèle et directe.

From → Uncategorized

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :